idée de sortie avec des enfants en Limousin : la ferme des Ânes de Vassivière / M Turin©CRT Limousin
ferme pédagogique pour découvrir les ânes
visite de ferme en Limousin : les Ânes de Vassivière
sortie scolaire chez les ânes de Vassivière

la ferme pédagogique

"en famille ou avec les copains à la rencontre des Ânes !"

les petites balades autour de la ferme

Nous vous proposons des balades en famille, pour l'après-midi ou la journée avec, en poche, un topo-itinéraire que nous vous fournissons. >> en savoir +

l'agenda des activités

En été, de nombreux "ateliers-balades" sont organisés pour découvrir l'âne en compagnie de Geneviève (la conteuse), d'Olivier (l'ânier) ou d'Alain (le chercheur d'or...). Consultez l'agenda !  >>  en savoir +

pour les groupes scolaires

La ferme, labellisée "Ferme pédagogique" et "Tourisme et handicap" accueille votre groupe pour un atelier personnalisé.
>>  en savoir +

activités pour les familles et les enfants en Limousin : balade avec les ânes de Vassivière / M Turin©CRT Limousin

la presse en parle...

Partez en randonnée avec un âne
Se balader dans la belle campagne Limousine, c'est bien. Le faire aux côtés d'un âne, c'est mieux. L'expérience vaut le détour.

Depuis douze ans, Olivier Gébelin et Christophe Plateau élèvent des ânes dans la Montagne Limousine, au lieu-dit "Champseau", à Peyrat-le-Château, sur vingt-cinq hectares.
Accueillants au possible, ils proposent de mieux connaître cet animal tout aussi sympathique que leurs maîtres, et de partir se balader avec lui.
La ferme - "les Ânes de Vassivière"- propose maintes formules de randonnées, de la petite balade d'une heure, idéale pour les tout-petits (à partir de trois ans), à l'excursion sportive de... sept jours, votre hébergement étant planifié en amont.Mais avant de partir, Olivier vous parlera de votre âne (chacun a son caractère !) et vous fera participer à sa préparation, autrement dit son étrillage et la pose du bât.. Il vous donnera bien sûr quelques consignes de sécurité avant de vous laisser partir, et, selon les cas, se joindra à vous.
Vingt-et-un ânes bichonnés vivent sur l'exploitation, laquelle vous propose en outre des hébergements en gîte, yourte chauffée (elles viennent de Mongolie) et, dans quelques jours, en roulotte tzigane.
D'autres animations et ateliers thématiques vous attendent à la ferme, où, hors vacances, les scolaires sont évidemment les bienvenus.
(le Populaire / 02/05/2012 / Laurent Bonilla)

Label Escapades en Famille en Haute-Vienne


Balade en famille avec les Ânes de Vassivière

Les petits âniers partent se promener
Les enfants entre 3 et 
8 ans qui viennent au hameau de Champseau ne font pas une simple balade, ils s’occupent aussi des animaux. Accompagnés d’un adulte, ils deviennent de vrais petits âniers et se prennent d’affection pour leur monture.

 

Anatole, Bretzelle, Ghardaia, Image, Léo, Luna et Praline ne sont pas les nouveaux rennes du Père Noël ! Ce sont de sympathiques ânes de Vassivière que l’on peut approcher, soigner et monter. Enfin pour se balader sur leur dos encore faut-il avoir entre 3 et 8 ans. De prime abord, les ânes ont l’air placides, presque indifférents à la venue de nouveaux gamins. Mais Christophe, le gérant, montre comment faire connaissance avec eux et les caresser dans le sens du poil, littéralement. Il confie même un petit secret : « Dans les oreilles c’est l’endroit qu’ils préfèrent ». Car les petits ne sont pas que d’intrépides cavaliers, venus pour cheminer sur les dociles équidés, ils apprennent les bases du travail d’un bon ânier 
"Nous on fatigue pas, calés sur l’âne !"

D’abord il s’agit d’associer chaque enfant avec l’âne qui lui correspond. La taille a évidemment son importance. Mais on peut aisément imaginer que les

ânes ont leur préférence. Léo opterait de lui-même pour son homonyme humain… Le petit Léo. Les animaux se laissent apprivoiser, dorloter, tout le monde

passe quelques minutes à connaître sa future monture. Avant toute chose, il faut sortir les bêtes de leur pré, à l’aide d’une longe c’est théoriquement

une mission facile. Mais Christophe constate que « pour certains je me demande si c’est l’enfant qui a sorti l’âne ou l’inverse ». C’est ensuite les tâches

du bon ânier qu’il faut exécuter, notamment panser et bâter l’équidé. Les petits s’appliquent à faire la toilette, ils ont bien en tête toutes les recommandations. Ce serait fâcheux de prendre un coup de sabot involontaire en passant derrière un âne par exemple. Les adultes veillent au grain. 
Balade et rigolade

Les parents aussi s’amusent en accompagnant leur tête blonde. Les rires fusent quand il s’agit de commenter le dépoussiérage. Ils répondent même à la place de leur progéniture aux questions ou à défaut ils soufflent plus ou moins discrètement la réponse. Il s’agit désormais de se mettre en route pour la balade. Elle va durer une heure, elle sera clôturée par l’obtention d’un petit diplôme si tout se passe bien. L’encadrant précise avec humour : « Il y a une tolérance pour trois brins d’herbe, au-delà ce sera un gage ». Chacun est prévenu, il n’y a plus qu’à faire attention que les animaux ne fassent pas leur tête de mule. Les animaux se laissent apprivoiser, dorloter. Au bout de quelques minutes, les jeunes cavaliers grimpent sur leur monture. Casqués et les mains sur le croisillon, personne n’a l’air effrayé d’avoir pris de l’altitude. Pas besoin de radar pour dire qu’aucun excès de vitesse n’est commis, mais les petits âniers semblent apprécier les sensations que leur procure cette paisible chevauchée. Dans une montée un peu rude Mathilde s’exclame : « Nous on fatigue pas, calés sur l’âne ». Lorsque la moitié du chemin arrive, une pause bien méritée s’impose. « J’aimerais avoir un âne », confie Amélia, 4 ans, ce qui fait sourire sa mère. Maxence et Mathilde trouvent çà « trop bien ». La balade est bucolique, petits et grands sont conquis.

Le Populaire / 11/08/2015 / Nicolas GAZO )